« À l’intérieur de ma chambre, devenue retraite, j’ai appris à ressentir l’intimité, le sens de l’amour, la beauté des choses qui m’entourent. Le moindre élément présent était mis à contribution pour façonner de manière artistique diverses scènes de ma vie, afin d’inciter le spectateur à partager sa propre solitude avec moi. Le tout dans l’espoir de vivre dans une ville à l’image de ces photographies, écho de ce j’ai réalisé dans cet état de solitude.J’attends les rayons du soleil transperçant la fenêtre ; je manipule l’ombre et la couleur ; je transforme l’escabeau en un accessoire qui sert la photo, en une nouvelle philosophie fonctionnelle et vitale.À travers cette fantaisie réaliste de mon nouveau monde, je transforme la machine à coudre, pour en faire mon métier… Sous le titre de ma nouvelle fonction, « couturière », je tente de façonner un reflet de mon imagination et de mes désirs : un monde simple, en accord avec mes conceptions de celui dans lequel j’aspire à vivre, en dehors de cette chambre. »

Nidaa Badwan - Artiste palestinienne